• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

L'histoire de Force Pas 2

Index de l'article
L'histoire de Force Pas 2
La visite
Le constat
Les travaux
ça prend forme
2000
La mise à l'eau
Toutes les pages

L'achat de Force Pas 2

 

ponantJ'ai commencé la voile en 1964. Mon Père a acheté, à cette époque, un Estuaire Sport qui n'avait de sport que le nom !!! Ce bateau dont le dessin était inspiré par les pinasses du bassin d'Arcachon, disputait au Shellfish, autre baignoire réputée, les places de der nier dans toutes les régates régionales. C'est à Fréjus, dans les années 70, que j'ai appris à naviguer. A l'école de voile en tant qu'élève puis rapidement en tant que moniteur. Plus tard, en 1976, j'ai pu racheté le premier dériveur sur lequel j'ai reçu des cours le 3427. Délaissé au profit de ponants plus performants, ce bateau n'avait pas trop souffert de ses années à trimbaler des élèves. Alors, je me suis laissé tenter.  
En le ramenant en Bretagne, je voulais pouvoir être fier de lui, même si c'était un bateau de Méditerranée, il fallait montrer, qu'il était digne de naviguer sur la Manche. Alors je l'ai restauré entièrement, peinture, vernis, gréément courant et dormant tout y passa. Et finalement, il avait fier allure. J'ai même entendu un autre plaisancier dire que c'était le plus beau dériveur de la plage....A 29 ans, ce ponant avait gardé toute sa superbe. Par contre moi, j'avais pris de l'âge et un dessalage me l'a rappelé un peu violemment. C'est à partir de là que j'ai compris que j'avais passé l'âge du dériveur..... C'est pourtant, je le crois, la pratique de la voile la plus pûre, celle où on prend conscience du langage bateau qui s'adresse à tous nos sens.
Après de longues années de location avec les amis, sans l'ombre d'un nuage entre nous, la possession d'un bateau me trottait dans la tête. En achetant une maison  près de la mer la tentation était trop forte. J'avais construit dans ma tête un cahier des charges auquel Françoise finalement avait adhéré. Il tenait en quelques mots : transportable, rapide, facilement échouable et entrepôsable   dans notre jardin.
Simple non... !!! Ainsi les locations de gros bateaux avec les mais restaient justifiables ! Nous avons tout d'abord tourné nos recherches vers des multicoques transportables. La visite d'un speed 770 nous a fait réfléchir et nous avons interrompu nos recherches pour quelques semaines.
Nous avons repris nos recherches pendant l'été 1999. Cet été là avait été particulièrement maussade et des amis grenoblois qui étaient venus nous voir en ont fait les frais…Et nous, pour tromper notre ennui, nous avons recommencé à visiter des bateaux. En autre : un Ecume de mer, un Altante ou un Régent. Quel cocktail de mauvaises odeurs ! ces bateaux fermés et stationnés en Bretagne nord sentait l'humidité et le moisi. Un parfum raffiné, mais pas trop de notre goût.
En furetant de port en port, j'ai trouvé un journal d'annonces que j'ai parcouru avec avidité une fois rendu à la maison. Cette lecture approfondie m'a permis de trouver deux bateaux intéressants dont un 8m et un first 30 en vente à St Malo. Le 8m, dériveur en alu, revenait d'un long périple. Son prix dépassait légèrement le budget que je m'étais fixé et surtout, il n'y avait pas de moteur inboard. Néanmoins, ce bateau était attachant, après la visite, j'ai longuement hésité et surtout je n'ai pas demandé à voir le first 30 qui pourtant dépendait du même vendeur.
Rendu à la maison, j'ai réfléchi et décidé avec Françoise qu'il fallait visiter le first 30. Nous le fîmes rapidement. Nous avons trouvé un bateau qui venait de Corse et à ce titre ne sentait pas mauvais, premier bon point. Il y avait six couchettes, deuxième bon point. Il est plus grand et plus logeable que tous les bateaux que nous avions précédemment visités, troisième bon point.
Le bateau était stocké sur un parking au sec. Impossible de faire démarrer le moteur dans ces conditions. Enfin, je n'ai pas pensé à l'époque une batterie chargée, une cuvette pleine d'eau et du gazole propre suffisait à pour faire démarrer et tourner un moteur marin.

 

Vous pouvez consulter directement le site consacré à Forcepas 2    cliquez1

 



Connexion

pour obtenir des identifiants envoyez moi un mail

Horloge de marée

Visites quotidiennes

You are here Accueil