• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

reglementation

Feux de navigation

La nuit, savez vous reconnaitre un navire à partir de ses feux de navigation ? Et si une petite révision s'imposait ?

Lire la suite...

Recyclage des bateaux de plaisance

BPHU, cette abbréviation cache les termes Bateaux de Plaisance Hors d'Usage. Trois étudiants de l'Ecole des métiers de l'environnement ont rédigé un rapport sur les bateaux de plaisance en fin de vie.

Il m'a semblé pertinent de le mettre à votre disposition pour vous sensibliser au problème du recyclage de nos bateaux. Même si, nous entretenons tous une relation particulière avec nos bateaux. Et que nous n'envisageons pas de les envoyer à la casse comme on peut le faire avec une voiture. Malgré tout la fin de vie de nos chers bateaux doit être envisagée...Triste

L'Assosciation pour une Plaisance Eco-Responsable a été créée pour aider le monde du nautisme à trouver des solutions.

Janvier 2019 : le recyclage sera gratuit mais pas le transport jusqu'à l'entreprise chargée de la valorisation des déchets, c'est plus noble que destruction....

Vous pouvez télécharger le rapport ICI


Voici quelques extraits du document fort intéressant rédigé par les étudiants qui ont réalisé une enquête sur les BPHU auprès de plaisanciers de Saint Cast le Guildo :

Parmi toutes les activités nautiques, la plaisance est celle qui connaît la plus forte croissance comparée à la pêche ou au commerce. Les français ont, depuis les années 50-60, développés un fort engouement pour la plaisance. En 1950, 20 000 navires étaient immatriculés au niveau national (hors DOM-TOM). En août 2011, en France métropolitaine, le nombre de navires immatriculés (incluant voiliers et navires à moteur) était de 955 565 selon des statistiques INSEE1 dont 18 220 nouvelles immatriculations entre septembre 2010 et août 2011.


La France compte 370 ports de plaisance pour 160 000 places (Turquand, Drouin, 2008). Filière à part entière, l'activité de plaisance connaît un essor important, ce qui induit au fil des années, des bateaux de plus en plus nombreux dans les ports et donc la nécessité d’investir dans des aménagements portuaires souvent coûteux.
Mais tous les bateaux présents dans les ports sont-ils vraiment encore utilisés ? Les bateaux de plaisance ont comme tout, un cycle de vie. La fin de ce cycle va dépendre :

  • de l’état de fonctionnement du navire,
  • de raisons économiques,
  • de raisons techniques,
  • de facteurs réglementaires.


Malheureusement, il est souvent difficile pour les propriétaires de s’en séparer en raison notamment des valeurs sentimentales que leur bateau représente....

....VOLET REGLEMENTATION : Actuellement, il n’existe pas de réglementation stricte sur le démantèlement des navires de plaisance en fin de vie....


....Volet technique : La déconstruction d’un bateau de plaisance hors d’usage consiste en une succession de différentes opérations qui sont décrites ci- dessous (FIN, 2004) :

  1. Une première étape consisterait à déclarer le bateau comme étant hors d’usage, voire procéder à une déclaration de « désimmatriculation » avant de l’orienter vers un centre de déconstruction agréé en gestion des déchets.

  2. Par la suite, le bateau est transféré sur un site classé ICPE habilité au conditionnement des BPHU. On retire donc les haubans, la quille, le safran, annexes, voiles, ancres et on procède au démâtage.

  3. La 3eme étape consiste à la dépollution du BPHU. Ce procédé peut se réaliser de façon manuelle ou mécanique sur l’ensemble des éléments susceptibles d’engendrer une pollution. Les réservoirs sont vidangés, et les fluides récupérés ainsi que les produits et matériaux toxiques souillés ou dangereux qui peuvent engendrer des pollutions pour l’environnement (batteries, huiles, etc.).

  4. Une fois la dépollution du bateau réalisée, il s’agit de démanteler et trier les matériaux valorisables tels que les sous-ensembles métalliques du mobilier, des matériaux électriques etc.

  5. Par la suite, on procède au découpage de la coque au démantèlement des matériaux hors composites. Pour y parvenir, toutes les techniques sont bonnes : tronçonnage, broyage, affinage… Les matériaux sont séparés et conditionnés avant d’être transférés vers les filières classiques de gestion des déchets.

  6. La dernière étape de la déconstruction des BPHU consiste au traitement des déchets issus de la sélection : les matériaux non valorisables sont traités dans les filières adaptées (ICPE) et font l’objet d’un bordereau de suivi des déchets. Les autres déchets sont orientés vers des chaînes de recyclage et/ou de valorisation énergétique.


....VOLET ECONOMIQUE : En 2010, le patron du Chantier Naval des Minimes à La Rochelle (l’un des points conseil APER), Christophe Maury, explique que « pour un bateau de 6 à 8 mètres environs, il faut compter selon les cas entre 600 et 900 euros » pour la déconstruction (Devinat, 2010). Dans le cadre du livre bleu du grenelle de la mer, le groupe parlementaire n°2 présidé par Pierre Cardo a travaillé sur le démantèlement des navires et a émis un rapport en Juin 2010. Ce rapport lève quelques idées préconçues qui associent le manque de place dans les ports à un certain engorgement dû par les bateaux ventouses. Le groupe de travaille estime à 1700 le nombre de BPHU dans les ports pour un nombre d’anneau de 170 000 et 60 000 mouillages à l’échelle nationale.
Concernant la création d’emploi, ce même rapport met en avant le fait que le démantèlement est une activité majoritairement mécanisée et par conséquent la main d’oeuvre est limitée. Un chantier qui traiterait 100 000 tonnes par an n’emploierait que 10 à 100 emplois en fonction de matières polluantes ou non des navires déconstruits. En effet, c’est la dépollution qui nécessite le plus de main d’oeuvre. Cependant, cette phase se réalise ponctuellement et par des personnes spécialisées qui ne sont pas localisées sur le site.....


....CONCLUSION
A travers cette étude, nous avons pu constater que nous sommes actuellement aux prémices du développement d’une filière économiquement et écologiquement viable de démantèlement des bateaux de plaisances hors d’usage et de recyclage de leurs matériaux. La complexité liée au fait de définir ce qu’est un BPHU n’arrange guère la situation. De plus, la règlementation à ce sujet reste
très floue et il n’y a pas aujourd’hui d’obligation pour les plaisanciers de faire déconstruire leur BPHU et ce de manière respectueuse de l’environnement.


Les enquêtes que nous avons menées auprès des différents acteurs de cette filière ont démontrées qu’il y a un travail important de sensibilisation à faire ; le problème est de savoir qui doit s’en occuper ?
On peut constater que de nombreuses personnes sont sensibles à ce sujet, et notamment sur l’importance de structurer cette filière7.


Certains pensent que le démantèlement des BPHU permettrait de faire face au problème d’engorgement des ports. Or, d’après l’APER, le nombre de bateau en fin de vie dans les ports est dérisoire et la déconstruction de ces bateaux ne palliera pas le problème de place. Il semblerait même que certains bateaux, même s’ils peuvent être estimés comme étant hors d’usage, sont volontairement maintenus dans les ports par leur propriétaire dans le but de garder la main mise sur la place. Autant dire que la situation porte à controverses.


De plus, il est difficile de définir si le propriétaire à abandonner son navire et donc difficile de savoir s’il doit être considéré comme déchet. Sur le plan personnel, ce projet nous a permis de nous informer sur la problématique des bateaux en fin de vie ainsi que d’approfondir nos connaissances sur la filière BPHU, sur la déconstruction et sur les procédures existantes. Nous avons eu l’occasion d’échanger avec une partie des acteurs de cette thématique, ce qui nous a permis de nous sensibiliser sur le sujet.

 

telechargement3_O

Procédures VHF

J'ai préparé une fiche récapitulant les procédures VHF à employer en cas d'urgence. Rien de bien nouveau, on trouve de nombreux sites qui offrent ce même service ! J'ai juste ajouté aux procédures une illustration de ma VHF avec un mode d'emploi minimal des différents boutons. Ainsi mes équipiers doivent pouvoir utiliser la VHF plus facilement.

Lire la suite...

Les signaux portuaires

 

Les feux d'entrée et de sortie de port

A l'entrée des ports de commerce, on trouve des feux de couleurs rouge, jaune et verts...
Non, ne sortez pas votre code de la route, leur signification est bien précise:

Lire la suite...

Révisez les pavillons

Connaissez vous la signification des pavillons utilisés en marine pour communiquer d'un bateau à l'autre ?

Je vous propose de les réviser, en fin d'article, vou pourre télécharger le fichier !!!

Lire la suite...

Page 1 sur 2

  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »

Connexion

pour obtenir des identifiants envoyez moi un mail

Horloge de marée

Visites quotidiennes

You are here Documentation nautique Réglementation / sécurité